approche biodynamique en viticulture: JEAN MICHEL FLORIN (approche sensible de la vigne)

Image de prévisualisation YouTube

Bernard Ronot, de l’agriculture intensive à la biodynamie.

Image de prévisualisation YouTube

Rien à voir avec la viticulture ? et aux vins bio ? à voir …

Bernard Ronot s’est engagé pour la force de vie des semences anciennes en fondant l’association Graines de Noé.

Agriculteur de 83 ans, il raconte la Révolution Verte de l’agriculture d’après-guerre, utilisatrice d’intrants chimiques, dans laquelle il s’est engagé à 100%.

Ce documentaire est surtout l’histoire d’une prise de conscience et d’un retour, après 30 ans de cultures intensives, à un choix d’une agriculture vivante et naturelle. L’histoire d’une reconquête et d’un engagement pour la conservation des semences anciennes de blé. L’histoire d’un cheminement, d’un modèle d’agriculture à un autre pour redécouvrir le sens du mot “paysan” : celui avant tout de nourrir le monde.

Des initiatives positives ?

Onpassealacte.fr est un site de journalisme constructif ou journal positif sur les initiatives ingénieuses, remarquables et inspirantes réalisées par des citoyens à travers des interviews vidéos : faire avancer le schmilblick et changer le monde vers plus d’écologie et d’humanisme par la créativité, l’action et l’innovation citoyenne et individuelle.

 

Du poison dans l’eau du robinet !!!

Image de prévisualisation YouTube

 

Sophie Le Gall, la réalisatrice de ce documentaire, a parcouru la France pour recueillir les preuves de la contamination de l’eau. Produit par Ligne de Mire, avec la participation de France Télévisions.

C’est un danger invisible qui menace les foyers, une menace pour la santé des Français, des plus jeunes aux plus âgés. Les citoyens l’ignorent, l’eau potable qui coule de leurs robinets est souvent contaminée.

Munie d’une valise multimédia équipée d’éprouvettes, Sophie Le Gall, la réalisatrice de ce documentaire d’investigation a parcouru la France pour recueillir les preuves de la contamination et interpeller les autorités.

Dans le Centre, en Normandie ou en Charente, elle regorge de pesticides ou de nitrates, ces traitements chimiques qui peuvent provoquer des cancers. Les autorités le savent mais elles délivrent régulièrement des dérogations qui permettent de distribuer une eau impropre à la consommation.

Dans des villages d’Auvergne ou à Saint Etienne, les habitants boivent une eau blanchie avec de la poudre d’aluminium qui peut déclencher la maladie d’Alzheimer. Les doses dépassent largement le seuil de risque fixé par les scientifiques mais la réglementation ignore les dangers de ce neurotoxique. Elle fait aussi l’impasse sur le radon, ce gaz hautement radioactif qui contamine l’eau potable dans le Limousin.

Depuis quelques années, des citoyens et des scientifiques isolés tirent la sonnette d’alarme sur ces poisons qui coulent de nos robinets. Partout en France, l’eau potable charrie désormais une trentaine de résidus médicamenteux : antidépresseurs, traitements contre le cancer, hormones de la pilule contraceptive qui modifie le sexe des poissons… Pour protéger sa population de ce cocktail pharmaceutique qui pourrait devenir explosif, la Suisse installe des filtres actifs contre les molécules des médicaments. Alors que l’Europe somme la France de moderniser ses usines de traitement, notre pays ne cesse de minimiser l’ampleur de la pollution. Les communes et les grandes compagnies de distribution de l’eau ne souhaitent pas que de nouvelles règles viennent compromettre leurs affaires. Et tant pis si les Français trinquent à leur santé…

Jean Luc Mélanchon : En commençant par le vin

Image de prévisualisation YouTube

Dans cette vidéo, le vin est abordé en tant qu’objet de civilisation. Jean-Luc Mélenchon et les différents intervenants expliquent en quoi l’élaboration des normes viticoles a fait l’objet d’une lutte sociale. Le film montre ensuite que ces normes sont aujourd’hui menacées par le projet de Grand Marché Transatlantique. Enfin, la nécessaire transition écologique de l’agriculture est défendue à travers l’exemple de vignerons bio.

Vous trouverez dans cette vidéos des interventions (par ordre d’apparition) de :
– Jean-Luc Mélenchon, député européen
– Serge Azaïs, viticuteur coopérateur à Montagnac (Languedoc)
– René Morenao, Président de la cave coopérative de Montagnac (Languedoc)
– Jonathan Nossiter, cinéaste artisan
– Jean-Pierre Frick, vigneron bio (Alsace)
– Claude Buchot, vigneron bio (Jura)
– Valentin Morel, vigneron bio (Jura)

La Clef des Terroirs

Between passion and poetry, this film traces the life of winemakers who have chosen to live closer to nature. It depicts remarkably biodynamic issues.

Entre passion et poésie, ce film documentaire retrace la vie de vignerons ayant choisi de travailler au plus proche de la nature.

La Clef des Terroirs … et sur Facebook …

La santé en France – Enquête sur les inégalités

Ce très beau documentaire, publié par France 3 le 19 Oct 2015, réalisé par Eric Guerèt et Hugues Nancy, présente plusieurs problêmes de santé. Nous n’en avons donc extrait que ce qui parlait des pesticides sur les vignes du Bordelais. Ca n’est pas vraiment ragoutant !

La France est souvent montrée en exemple pour l'excellence de son système de santé. Cependant, en y regardant de plus près, on constate que ce modèle est de plus en plus fragile. Depuis une dizaine d'années, les inégalités territoriales, sociales et environnementales se creusent. Alors qu'elle ne cessait de s'améliorer jusqu'au début du XXIe siècle, la situation sanitaire de nombreuses régions s'aggrave. Ce documentaire se penche sur ces «inégalités de santé» qui mettent à mal l'égalité et la fraternité de la République. Il donne la parole à ceux qui souffrent cette situation et à ceux qui se mobilisent pour les faire reculer.

 

 

Le travail dans la vigne, de la taille aux vendanges

Image de prévisualisation YouTube

Avant de déguster du vin, il faut l’élaborer, ce qui n’est pas simple et faire croître le raisin, ce qui n’est pas trivial non plus. Découvrez le travail dans la vigne, de la taille aux vendanges.

Tout au long de l’année, en fonction des saisons, les travaux de la vigne et du vin demandent une attention particulière. Chaque vigneron du cercle TERROIRS ORIGINELS a la particularité d’être garant de tous ces gestes méticuleux. TERROIRS ORIGINELS regroupe sous une bannière commune des vignerons des Côtes Beaujolaises et Mâconnaises, qui partagent une vision artisanale du métier depuis bientôt 20 ans. Chaque vigneron est indépendant et place la valorisation des terroirs et le savoir-faire au centre de sa réflexion.

En savoir plus : http://avis-vin.lefigaro.fr/magazine-vin/o120188-le-travail-dune-annee-du-vigneron#ixzz3qo43AUGh

Le travail du sol en vigne est-il nécessaire ? – Konrad Schreiber

Image de prévisualisation YouTube

“Vigne : arbres et couverts végétaux” organisée le 11 juin 2015 dans le cadre des projets Agr’eau et VitiForest a réuni une cinquantaine de personnes à Tizac-de-Lapouyade (33), principalement des viticulteurs, des conseillers agricoles, des techniciens et des étudiants. La matinée de cette journée s’est déroulée en salle, avec les présentations des couverts végétaux et de l’agroforesterie en vigne, du projet VitiForest et par des témoignages de vignerons de la cave de Tutiac. L’après-midi s’est déroulé au domaine Emile Grelier, avec une démonstration de semoir direct Aurensan.
C’est Konrad Schreiber, agronome spécialiste des couverts végétaux, qui a commencé les présentations de la matinée, voici sa conférence.

Le vin naturel – Qu’est ce que c’est ?

Image de prévisualisation YouTube

 

Loin de l’esprit dLes vins naturelses vins commerciaux qui sont volontairement standardisés au goût d’une forme de clientèle, les vins naturels sont des “produits” à l’opposé de la normalisation, qui essaient d’être au plus près de la qualité de goût des raisins et de puiser leur typicité dans leurs terroirs respectifs. Les vignerons qui s’investissent dans cette “forme” de vin tachent de travailler les vignes et aussi les vins en respectant la nature des sols par un travail long et minutieux, Une vigne sans désherbant pour permettre à la vigne de donner au mieux ses qualités de terroir et de pureté ; ce qui implique l’absence de désherbant, de pesticides, d’engrais, d’insecticides et de produit de synthèse. Le fait de travailler les vins en naturel implique de laisser les levures indigènes opérer leurs transformations successives afin d’obtenir une vinification longue, calme et stylée pour permettre aux vins de laisser apparaître toutes leurs expressions. De surcroît, l’emploi d’un minimum de soufre ou pas de soufre du tout est une règle de conduite.

Gilles et Catherine Vergé, vignerons à Viré 71260.

Les pionniers de la Bio en Alsace – Eugène MEYER à Bergholtz

Image de prévisualisation YouTube

Après un grave empoisonnement aux produits phytosanitaires qui a faillit lui couter la vue, Eugène Meyer décide en 1969 de développer la méthode biodynamique sur ses vignes en Alsace, selon le principe de Rudolf Steiner : respect de la vie et de la terre. Le domaine est à présent géré par son fils François qui poursuit le chemin tracé par son père.

logo-eugenemeyerLogo eugene-meyer