Marcel Violet / conférence sur la biodynamisation de l’eau.

Image de prévisualisation YouTube

En provenance du podcast Eau : séance iLive …

L’eau électro-vibrée de l’ingénieur Marcel Violet

Achille Marcel Violet (1886-1973) est un pilote automobile, ingénieur des Arts et Métiers et inventeur français, principalement actif dans le domaine de l’automobile. Il a aussi fondé un laboratoire à partir de ses découvertes liées à de l’eau soumise à un rayonnement, l’eau Violet. Le point de départ de Marcel Violet est que la maladie est le résultat de deux facteurs, à savoir une attaque par un agent pathogène et un terrain qui permet ou ne permet pas à l’attaquant de s’installer de manière permanente. A l’appui de sa thèse il cite le cas des accidentés de la voie publique à Paris, qui suite à une mort violente ont pu être autopsiés.

On a pu ainsi constater que si la majorité d’entre eux (96%) avaient été en contact au cours de leur vie avec le bacille de la tuberculose, environ 60% de ces personnes n’avaient jamais manifesté le moindre signe clinique de la maladie, ce qui signifie qu’ils ont pu guérir spontanément de cette terrible maladie sans l’aide d’un traitement médical. D’où l’idée de stimuler les mécanismes d’autodéfense de l’individu plutôt que de s’acharner à éradiquer l’agent pathogène.

Marcel Violet sait que c’est possible car, en 1926 il est témoin d’un cas de guérison spontanée d’un cancer très volumineux de l’utérus chez une vieille femme accidentée de la route qui reçoit par transfusion le sang de six personnes différentes alors qu’elle est dans le coma. Trois mois plus tard, il rencontre cette vieille femme non seulement complètement remise de son grave accident mais également guérie de son cancer. Puis c’est l’un de ses camarades, atteint d’un cancer du rein incurable qui, trois mois après le terrible diagnostic, se révèle être complètement guéri de manière inexplicable.

Puis vint les expériences sur les microbes soumis à des rayons de lumière colorés et qui mirent l’ingénieur Violet sur la piste d’un rayonnement invisible capable de traverser les matières opaques sans faire de dégâts et influant sur la matière vivante. Il y avait aussi le cas de ces animaux de la ferme, qui abandonnent leurs abreuvoirs pour boire de préférence l’eau qui ruisselle pendant les orages et de ces maraîchers qui se précipitent avant l’orage pour ramasser leurs salades afin d’éviter qu’elles ne montent et deviennent invendables.

Enfin l’expérience avec des têtards qui meurent rapidement dès qu’on les placent dans de l’eau de synthèse formée par réaction chimique entre le dihydrogène et le dioxygène ou dans une eau bouillie, même après aération. Si par contre on prend cette même eau de synthèse dans un ballon scellé hermétiquement à la flamme et laissé un mois sur un balcon, les têtards ne meurent plus et frétillent sans problèmes. De toutes ces observations, tant dans le domaine végétal que dans le domaine animal, Marcel Violet conclue que les pluies d’orage où l’eau exposée au soleil ont des propriétés tout à fait spéciales en rapport avec les phénomènes biologiques, et qui, pour autant que l’analyse permette de l’affirmer, ne sont pas de nature chimique. Mais comment faire pour reproduire en laboratoire les propriétés des ces eaux d’orage? Après bien des tâtonnements, Marcel Violet va chercher à capter ces ondes vitales grâce à l’eau. L’idée d’utiliser l’eau lui a été fournie par le professeur de Physique biologique à l’Université de Strasbourg, Fred Vles, qui a donné de la biologie la définition suivante:

“La biologie est pour la grande part la science de l’eau.”