1 + 1 + 1 + 1 = solidarité !

Pendant que les banques comptent leurs euros, le vigneron compte ses amis
Gilles Ballorin est un néo vigneron installé à Morey Saint Denis depuis 2005 : « Sa cave, située dans le bas du village de Morey, le long de la 74, est celle d’un ancien négociant qui a fait de mauvaises affaires. Lorsqu’il l’a racheté, Gilles en a plutôt fait une bonne. Les lieux sont un peu démesurés, grands pour lui, mais, du coup, il prend ses aises. Convaincu dès le début par le bio et la biodynamie, le domaine Ballorin & F (pour filles, femme, Fabienne, Filomène?) a d’emblée converti les parcelles exploitées pour leur permettre de s’exprimer de la plus belle des manières. » (Olivier Grosjean)
Les banques comptent leurs euros…
En ces temps de crise financière, les banques redeviennent un peu plus frileuses : « nous faisons face à un problème de trésorerie. Elle est aujourd’hui jugée insuffisante par notre banque alors que, par le passé, cela ne lui posait pas de problème. Elle ne veut plus aucun découvert. Nous n’avons pourtant pas de souci particulier en termes de vente ou de production, mais les financiers nous imposent un ultimatum d’ici la fin de l’année pour renflouer les caisses » (article dans La Vigne le 16/11) Le President du CAVB, Claude Chevalier, s’en était d’ailleurs ému devant les élus de la région lors de l’inauguration de la 139e Fête des Grands Vins de Bourgogne à Beaune le 19 novembre dernier.)
Le vigneron compte ses amis…
Une seule solution pour le vigneron, solliciter rapidement son réseau pour vendre au plus vite et faire rentrer de la trésorerie : « pour faire simple, sur mon chiffre d’affaire, je fais 50% à l’export, 25% cavistes et restaurateurs et 25% particuliers. L’export c’est très long à bouger mais le Japon par exemple m’a tout de suite renvoyé la balle en payant une commande immédiatement. Un restaurateur parisien m’a payé le lendemain de sa commande également. Avec les cavistes, une opération est en cours jusqu’à la fin de l’année. » Pour les particuliers, une vente au domaine a eu lieu fin novembre relayée par quelques blogs et les réseaux sociaux sur internet et par un article dans la presse régionale dans l’Yonne Républicaine.)
« Je suis impressionné par la réaction des particuliers » Les gens sont venus parfois de loin, de l’Yonne, du Jura et du Doubs, pour venir goûter et acheter les vins du Domaine. Des gens de tous les horizons aussi ; des amateurs de vin bien sûr mais aussi des gens solidaires qui ont connu les mêmes difficultés face aux banques : « Les gens ont vraiment été sympas. On a toujours eu un petit mot d’encouragement en nous disant qu’ils allaient revenir l’année prochaine, qu’il fallait qu’on soit toujours là. » Gilles Ballorin est visiblement très touché par cet élan de solidarité qui lui aura permis de faire la moitié du chemin. Il lui reste encore tout le mois de décembre pour atteindre ses objectifs et convaincre sa banque de ne pas le lâcher.)
Plus d’information sur le domaine Gilles Ballorin & F
http://www.grandsbourgognes.com/les-domaines/bourgogne/ballorin-f.html